Parmi les meilleurs de notre pays: héros militaire dans le cinéma canadien

25 mars 2017

Si nous nous considérons en général comme une nation de citoyens polis et courtois, le Canada n’est pas étranger à la guerre. Notre participation à des conflits mondiaux est un sombre rappel des victimes de la violence, et à la mémoire de ceux qui sont tombés dans ces douloureux combats, REEL CANADA leur rend hommage avec cinq films qui retracent les efforts de guerre du Canada depuis le siècle dernier.

Passchendaele (2008)

Alors que la Première Guerre mondiale faisait rage, en 1917, environ 100 000 hommes du Corps canadien ont été dépêchés sur le front de Passchendaele. Avec des centaines de milliers de morts des deux côtés, la bataille de Passchendaele, livrée dans des conditions horribles, est l’une des plus grandes — et des plus tristes — victoires du Canada, recréée à l’écran dans un drame touchant et poignant de l’acteur-réalisateur Paul Gross.

Captains of the Clouds (1942)

Non, ceci n’est pas une production canadienne, mais Captain of the Clouds est un film intéressant dans l’histoire du cinéma canadien. Comme il décrit la participation de l’Aviation royale canadienne à la Deuxième Guerre mondiale, le studio Warner Brothers a décidé de faire le film au Canada, ce qui en fait la toute première production hollywoodienne à avoir été tournée dans notre pays. Le titre du film est basé sur une citation de Billy Bishop, l’un des plus grands héros de guerre du Canada. Et comme les États-Unis d’Amérique ne s’étaient joints à la lutte contre l’Axe qu’un an auparavant, la sortie du film en 1942 a été vue comme une façon de « préparer » le pays à la guerre.

With the Canadians in Korea (1952)

Étant donné les propos un peu dépassés échangés entre les soldats dans With the Canadians in Korea, c’est sans doute d’un point de vue historique qu’il faut regarder ce film aujourd’hui. Mais ce compte rendu de l’ONF de l’effort militaire du Canada est réellement louable, et en plaçant les caméras sur les lignes de front, le film réussit à nous montrer à quoi pouvait ressembler la vie des soldats lors des conflits. Le titre de ce court métrage de 1952 est on ne peut plus explicite : on y voit Canadiens à la guerre de Corée.

Shake Hands with the Devil   Hyena Road
 

Shake Hands With the Devil (2004)

Le lieutenant-général Roméo Dallaire est un homme remarquable dont la dangereuse mission qu’il a menée au Rwanda dans les années 1990 pour mettre fin au génocide perpétré par les extrémistes hutus est la bravoure incarnée. Ses souvenirs, qu’il a couchés sur papier en 2003, ont plus tard fait l’objet d’un film tourné à Kigali et mettant en vedette Roy Dupuis. Après avoir été présenté en première au TIFF en 2007, le film a remporté près d’une douzaine de nominations aux prix Génie pour son excellence.

Hyena Road (2015)

Des paysages arides. Des ennemis invisibles. Hyena Road parle de la guerre moderne en Afghanistan, où des gens pacifiques essayant de vivre leur vie se retrouvent coincés au milieu du conflit. Travaillant sous les ordres du capitaine Pete Mitchell (Paul Gross), le tireur d’élite Ryan Sanders (Rossif Sutherland) a entendu parler d’une dangereuse insurrection. Pour la réprimer, il faudra compter sur la coopération des Afghans et les efforts acharnés des troupes canadiennes. Montrant comment les forces des deux côtés peuvent travailler ensemble pour stopper le mal, Hyena Road emprunte une route poussiéreuse, sale et périlleuse.


  retourner au blogue