Films canadiens à l’affiche au cinéma lors de la JCC 150

19 avril 2017

Outre les 1 700 projections et plus que nous offrons dans le cadre de la JCC 150, il y a également plusieurs autres excellents films canadiens à l’affiche dans des salles de cinéma d’un bout à l’autre du pays. Si vous aimeriez voir un film canadien dans un cinéma de votre région le 19 avril ou n’importe quelle autre journée cette semaine, voici les choix qui s’offrent à vous en ce moment.

Comme ces films ne sont pas tous à l’affiche partout, assurez-vous de vérifier l’horaire des cinémas de votre région à www.cinemaclock.com pour obtenir tous les détails et l’heure des représentations.

Black Code – Dans ce film basé sur le livre du professeur Ron Deibert, le documentariste et directeur photo de Toronto Nicholas de Pencier se penche sur les répercussions complexes qu’entraîne Internet à l’échelle de la planète sur des enjeux comme la liberté d’expression, la vie privée et l’activisme.

Ça sent la coupe – À 35 ans, Max (Louis-José Houde) est prisonnier de son passé. Depuis la mort de ses parents il y a sept ans, il partage son temps entre le salon de son appartement et la boutique de cartes de hockey qu’il a héritée de son père et qu’il gère sans enthousiasme. Mais lorsque sa copine le quitte inopinément, Max est forcé de réévaluer sa vie. Un film charmant réalisé par Patrice Sauvé et mettant également en vedette Émilie Bibeau et Julianne Côté.

Photo de plateau du film Ça sent la coupe

Photo de plateau du film Ça sent la coupe

C’est le cœur qui meurt en dernier – À 47 ans, Julien (Gabriel Sabourin) est un éternel mésadapté qui vit de petits boulots. Mais après avoir publié un récit autobiographique dans lequel il dévoile ses souvenirs de jeunesse, sa relation complexe avec sa mère et de lourds secrets de famille, voilà que le succès frappe à sa porte. Sa mère (Denise Filiatrault), avec qui il a coupé les ponts depuis des années et qui mène une vie solitaire dans une résidence pour personnes âgées, renoue alors avec lui pour rattraper le temps perdu. Mais est-ce que cela cache autre chose? Réalisé par Alexis Durand-Brault, le film met également en vedette Sophie Lorain.

Le dernier souffle, au cœur de l’Hôtel-Dieu de Montréal (The Last Breath, at the Heart of the Hôtel-Dieu de Montréal) – Fondé en 1642 en même temps que la ville de Montréal, l’Hôtel-Dieu est sur le point de disparaître pour être remplacé par le nouveau Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Le documentaire d’Annabel Loyola nous plonge dans les deux dernières années d’existence de cet univers clos où la vie, la mort, l’amour et l’amitié se côtoient, tels que vécus par le personnel infirmier, les patients et les religieuses qui y vivent encore.

Le fils de Jean – Dans ce drame touchant du réalisateur Philippe Lioret, Mathieu (Pierre Deladonchamps), 35 ans, n’a jamais connu son père. Un matin, un appel en provenance du Québec l’informe que son père vient de mourir et qu’il a deux demi-frères. En quête de réponses, Mathieu décide d’assister aux funérailles à Montréal. Mettant également en vedette Gabriel Arcand.

Photo de plateau du film Le fils de Jean

Photo de plateau du film Le fils de Jean

Goon 2: Last of the Enforcers – À la suite d’un lock-out, d’anciens coéquipiers ainsi que de nouveaux joueurs se retrouvent sur la glace pour les Highlanders de Halifax. Même Doug « le Thug » Glatt (Sean William Scott) est sorti de sa retraite comme vendeur s’assurances! Ne manquez pas cette suite hilarante de la populaire comédie sur le sport préféré des Canadiens, écrite et réalisée par la vedette de Goon 1 et 2, Jay Baruchel. Mettant également en vedette Elisha Cuthbert, Alison Pill, Liev Schreiber et Marc-André Grondin.

Iqaluit – Carmen (Marie-Josée Croze) se rend au Nunavut pour la première fois pour être au chevet de son mari, Gilles (François Papineau), un travailleur de la construction en poste à Iqaluit qui a été gravement blessé. En cherchant à comprendre ce qui s’est réellement passé, Carmen se lie d’amitié avec Noah (Natar Ungalaaq), un ami inuit de Gilles, et se rend compte qu’ils partagent un drame. Réalisé par Benoît Pilon.

Maudie – Les acteurs nommés aux Oscars Sally Hawkins et Ethan Hawke partagent la vedette dans ce film basé sur l’histoire vraie de Maud Lewis, une femme qui a surmonté les difficultés physiques de la polyarthrite juvénile pour devenir l’une des plus grandes artistes d’art populaire au Canada, et l’une des figures les plus inspirantes de l’art canadien. Maudie restera à l’affiche jusqu’au 21 avril, alors, consultez l’horaire de vos cinémas locaux puisque le film pourrait être présenté dans votre localité bientôt!

Photo de plateau du film Maudie

Photo de plateau du film Maudie

Tuktuq – Dans ce film du réalisateur Robin Aubert sur la vie dans le Grand Nord, un caméraman est envoyé dans un petit village du Nunavik pour aller tourner des images d’archives pour le compte du gouvernement libéral. Ayant appris que le village et ses habitants seront bientôt déportés, il commence à remettre en question ses propres idéaux.

Weirdos – Une comédie dramatique marginale sur le passage à l’âge adulte réalisée par Bruce McDonald d’après un scénario de Daniel MacIvor. En 1976, Kit (Dylan Authors) et Alice (Julia Sarah Stone), 15 ans, décident de mettre du piquant dans leur vie tranquille en Nouvelle-Écosse en faisant de l’auto-stop jusqu’à Sydney pour aller rendre visite à la mère de Kit, une femme élégante, mais instable (Molly Parker). Ce périple amènera les deux adolescents à affronter des vérités sur eux-mêmes et sur leur avenir. Mettant également en vedette Allan Hawco.

Photo de plateau du film Weirdos

Photo de plateau du film Weirdos


  retourner au blogue