À grands coups de pinceau : des artistes canadiens à l’écran

10 mars 2017

Painted Land - The Group of Seven

Pas de doute : les cinéastes canadiens ont brossé des portraits saisissants et magnifiques de ce pays. De One Week, déroulant sa toile d’un océan à l’autre, à Atanarjuat: The Fast Runner, mettant de l’avant une région du pays rarement représentée à l’écran, c’est le Canada qui vole la vedette dans plusieurs films canadiens!

Et s’il est vrai que notre cinéma présente certaines des images les plus iconiques associées au Canada, nos artistes visuels et nos peintres ont, bien entendu, créé des œuvres audacieuses et évocatrices qui sont connues et aimées dans le monde entier. Pas étonnant que des films canadiens leur soient consacrés! Alors, prenez un tabouret et plongez-vous dans cette palette de films sur (et par!) des artistes canadiens.

Emily Carr (1871-1945) / Winds of Heaven (2010)

L’un des peintres impressionnistes les plus respectés du Canada, Carr a passé une grande partie de sa carrière à peindre des arbres majestueux et des scènes humbles de la Colombie-Britannique. En outre, son travail a souvent été inspiré par la culture autochtone de la côte Ouest. Le documentaire de 2010 du réalisateur Michael Ostroff offre un portrait magnifique de la vie d’Emily Carr, certaines de ses plus belles pièces venant ponctuer le long métrage. (Nous aimons aussi I Can Make Art … Like Emily Carr de l’ONF, un épisode faisant partie d’une minisérie consacrée aux artistes canadiens!)

Michael Snow (né en 1929) / Wavelength (1967)

Cette œuvre d’avant-garde de Michael Snow, un artiste canadien révolutionnaire et multidisciplinaire, est l’une des pièces phares du genre, un film que tout amateur de cinéma canadien devrait essayer de voir au grand écran. Mais si c’est impossible, voici le film dans son intégralité! Vous méritez une médaille si vous le regardez jusqu’au bout. Si vous le trouvez rébarbatif, eh bien, c’est peut-être voulu! Le film s’inscrit dans ce qu’on appelle le « cinéma structurel », ce qui en fait une œuvre intrinsèquement hermétique.

 

Le Groupe des Sept (années 1900) / Painted Land: The Search for the Group of Seven

Autre excellent documentaire de White Pine Pictures (l’équipe derrière Winds of Heaven), Painted Land jette un regard exceptionnel sur les tableaux peints par Tom Thomson et ses homologues du Groupe des Sept. Inspirées des paysages du parc Algonquin et du Bouclier canadien, les œuvres du Groupe des Sept figurent dans nos musées nationaux et évoquent les vastes horizons de notre pays. Avec Colm Feore, Paul Gross et Eric Peterson qui prêtent leur voix aux artistes, ce documentaire pictural retrace les paysages que ces maîtres ont immortalisés sur la toile, pour les porter à l’écran.

Edward Burtynsky (né en 1955) / Watermark (2013)

La documentariste Jennifer Baichwal et le photographe Edward Burtynsky ont travaillé en collaboration pour créer deux films remarquables s’appuyant sur les photographies envoûtantes de Burtynsky : Manufactured Landscapes (2007) et Watermark (2013), ce dernier ayant remporté le prix du Meilleur film canadien de la Toronto Film Critics Association. Si Manufactured Landscapes se concentre sur le travail de Burtynsky, pour Watermark, le photographe a troqué son appareil photo contre la caméra et a accompagné Baichwal à la réalisation, utilisant ses photographies aériennes et son œil critique pour éveiller les consciences.

Watermark film still   Maudie film still
 

Kenojuak Ashevak (1927-2013) / Eskimo Artist: Kenojuak (1964)

En nomination pour l’Oscar du Meilleur court métrage documentaire en 1964, ce film d’une beauté paisible se penche sur le processus de création derrière l’art inuit d’Ashevak qui transposait ses dessins sur des pierres pour créer des impressions qu’elle vendait par la suite. Nous admettons que le titre du film est désuet, mais l’œuvre de feue Kenojuak demeure intemporelle.

Maud Lewis (1903-1970) / Maudie (2016)

Maudie est un tout nouveau film canadien sur la vie de l’artiste Maud Lewis – brillamment interprétée par l’actrice en nomination pour un Oscar Sally Hawkins – qui a récemment été présenté en première au Festival international du film de Toronto. Ayant souffert de polyarthrite rhumatoïde tout au long de sa carrière et figurant parmi les plus grands artistes d’art populaire du Canada, Maud Lewis est une figure emblématique de l’art canadien et Aisling Walsh a fait un travail remarquable en portant son histoire à l’écran.

Quels sont vos artistes canadiens favoris? Faites-nous parvenir un gazouillis à @CanFilmDay!


  retourner au blogue